Tout savoir sur le blépharospasme

Cligner de l’œil est un geste que l’on fait parfois pour témoigner son affection envers quelqu’un, pour témoigner d’une complicité ou pour séduire. Cependant, lorsque le clignement des paupières devient répétitif et surtout involontaire, on a affaire à ce moment à un blépharospasme qui désigne une dystonie focale pouvant être primaire ou secondaire, unilatérale ou bilatérale. Bien que le blépharospasme n’entraîne pas de déficience visuelle, certaines formes cliniques, notamment celle relevant du syndrome de Meige résiste parfois au traitement médical.

Quelles en sont les causes et comment traiter le blépharospasme ?

Cligner l’œil : blepharospasme

Clignement de l’œil comment traiter cette maladie

Symptômes du blépharospasme

Le blépharospasme se caractérise par une contraction involontaire des muscles palpébraux avec pour conséquence un clignement et une fermeture involontaire des yeux. Cette dystonie peut concernée une ou les deux paupières, et s’associer à une autre dystonie faciale comme la dystonie oromandibulaire (bouche et mâchoire).
En plus du clignement accru de l’œil, le blépharospasme peut se manifester par une irritation des yeux ou en présence des facteurs déclencheurs comme la lumière, la tension émotionnelle ou la fatigue.

Causes du blépharospasme

Le clignement de l’œil peut se manifester spontanément ou être héréditaire. Cependant, les causes du blépharospasme les plus connues sont celles relatives à :
– Un trouble du sommeil ;
– Le stress ;
– La maladie de Wilson ;
– Une névralgie du trijumeau ;
Le blépharospasme relevant des deux premières causes ne nécessite parfois pas de traitement car il s’agit de la forme bénigne qui le plus souvent régresse spontanément. Cependant, lorsque le clignement palpébral est associé à une hyperhémie conjonctivale, à une douleur oculaire au flou cornéen, etc., il est nécessaire de consulter en urgence un ophtalmologue.

Traitement du blépharospasme

Il consiste parfois à prescrire au patient un supplément en magnésium. Parmi les autres traitements existants, on retrouve les sédatifs légers, des anxiolytiques, de l’aspirine, des myorelaxants, et parfois aucun traitement n’est nécessaire.
Certains cas nécessiteront une injection de toxine botulique comme dans le cas où se manifeste aussi le spasme des muscles cervicaux, ou de la mandibule. Il s’agit du syndrome de Meige.
En cas d’échec du traitement basé sur l’injection de Botox, un traitement chirurgical peut être envisagé. Il ne s’agit en aucun cas d’une blépharoplastie destinée seulement à la correction esthétique des paupières, mais d’une myectomie qui consiste à l’exérèse d’une portion de muscle.
Un traitement alternatif du blépharospasme est aussi envisageable avec notamment, l’utilisation de la marijuana médicale comme c’est le cas en Allemagne.

Devis gratuit